TBA : une discrimination de plus

13 12 2008

anti-tba-widgetDans un pays ou l’hypocrisie régne   et ou le ridicule ne tue pas , je ne m ‘attendais pas à ce que un blog dédié à la communauté homosexuelle tunisienne puisse  être inscrit voire nominé.

Mais voilà que cette année le bouchon a été  poussé un plus plus loin  et que la plupart des blogs que j’apprécie  et respecte ont été radiés complétement des nominations . en fait il s’agit d,une grande majorité des blogs Tunisiens connu pour leur franc parler  et leur liberté de ton .

Alors que notre jeunesse se retrouve cantonné dans des espaces virtuels comme  celui de la bloggo pour souffler un peu et vivre pleinement même si cela n’est que virtuel les droits fondamentaux que sont la liberté d’expression et d’information .

Je n’aurais jamais pensé que nous en soyons arrivé à cette bassesse dans la bloggo …récupérer un espace tel que la bloggo à des fins commercials est tout simplement inacceptable   et la réaction de la bloggo est unanime : No passaran !

Alors je joints ma voix à celle des centaines d,autres bloggeurs tunisiens qui ne désirent qu’une chose : sauvegarder ce dernier espace de libre parole et de rencontre , de dialogue franc  , de débats ,d’échanges d’idées.

Nous sommes différents  avec des parcours de vie ,  des éducations et des valeurs parfois différents voire contradictoires mais c’est ce qui fait notre richesse .

Je ne crois pas au Tunisian blog award en tant que nomination de certains  blogs mais plutôt  porteur d’un message : la reconnaissance de  notre existence  ,de  notre besoin vital de nous exprimer comme toute autre société , de discuter et de débattre de nos conflits, défis , coups de coeur et de notre avenir .

Tout un symbole dans une Tunisie qui étouffe . Alors non  aux TBA version 404 !

Vive la bloggo  et vive la différence !

Advertisements




Trans’ Day of Remembrance

21 11 2008

AMERICA'S NEXT TOP MODEL

* Isis King from America Next Top Model

Depuis 1998 et l’assassinat de Rita Hester à Boston, le T-DOR (Trans’ Day of Remembrance), la journée de commémoration des victimes de transphobie. Elle a eu lieu hier, 20 novembre, dans plusieurs pays dont la France, où l’association C’est pas mon genre! a organisé, à Lille (Nord), une manifestation pour interpeller sur les violences subies par les transsexuels.

En Afrique, les statistiques font défaut dans «la majorité des pays africains», soulignent pour leur part Trans Africa Network et Gender DynamiX. Mais les agressions des transsexuels sont bel et bien réelles. Les deux associations rappellent qu’une trans au Nigeria, perpétuellement harcelée et battue, a dû fuir pour sauver sa vie. Et qu’un célèbre drag de Johannesburg, en Afrique du Sud, a été assassiné le 2 juillet dernier.


Pour prévenir de tels drames, C’est pas mon genre ! explique «que la liberté d’être soi n’est pas exclusivement réservée aux personnes issues des constructions sociales binaires femme/homme érigées sur les deux seuls sexes anatomiques reconnus femelle et mâle; elle appartient à chacun, et chacun doit pouvoir jouir de ce droit fondamental». Un message que transmettent également Trans Africa Network et Gender DynamiX, qui appellent à la sensibilisation, à la condamnation des violences transphobes et à la protection des personnes transsexuelles.

*http://www.tetu.com





Oussama Mellouli :Il vaut de l’or !

18 08 2008

Élf Mabrouk Tounés !!!





Notre Combat .

13 08 2008




Homosexuels Tunisiens : Témoignages

15 02 2008
Slimane, 22 ans est, en revanche, bien dans sa peau. “ Je n’ai absolument aucun problème à vivre ma sexualité normalement en Tunisie et je n’ai jamais pensé à quitter le pays comme plusieurs autres”. Slimane partage sa vie avec un jeune homme habitant la même région que lui. Tant que son entourage n’est pas au courant, rien ne l’empêche de le faire, confie ce jeune garçon pour lequel “ il ne faut rien changer à la société tunisienne ”. A Hammamet, nous apprend-il, comme dans d’autres grandes villes, il y a des points de rencontre d’homosexuels, cafés, boites de nuits et hammams. Qu’une âme solitaire cherche de la compagnie, elle sait alors tout de suite où aller. Pourtant, dans la Capitale, tous avouent se sentir le plus à l’aise.

“ A Tunis, je peux draguer partout sans avoir peur d’être agressé ”, raconte ce jeune ; comme son ami, c’est à Tunis qu’il va pour respirer et fuir la surveillance des parents. Quand je suis dans ma ville, je fais tout pour m’habiller de manière à ne pas attirer l’attention. Dès que je suis à Tunis, mon look est différent et mes attitudes aussi. L’interdit, tous ont appris à jouer avec. L’entourage étant très rarement au courant, ils peuvent même inviter leur partenaire chez les parents sans que personne ne se doute de rien.

Un autre Slimane, 36 ans, s’en souvient : “ Mes parents ont connu tous mes partenaires. Bien sûr, ils ne se sont jamais douté de rien, pensant que j’invitais chez eux des collègues de bureau ”. Mieux encore, souligne Slimane, il est plus facile pour un couple homo que pour un couple hétéro de vivre pleinement sa sexualité puisque les hommes peuvent habiter ensemble, voyager ensemble, et même prendre la même chambre d’hôtel, la loi ne l’interdit pas. Alors qu’un couple hétéro non marié aura beaucoup plus de problème pour vivre son intimité. Dans la clandestinité, semble vouloir dire Slimane, tout est possible. “ Pour s’en sortir, il faut savoir se faire respecter. Ne pas provoquer. Quand je croise les jeunes du quartier en bande, j’entends des commentaires pas très fins sur moi. Je dis bonjour et je passe mon chemin en ayant l’air de n’avoir rien entendu. Ces mêmes jeunes, quand je les croise et qu’ils sont seuls, tout change, ils sont polis avec moi et très gentils. Certains me font même comprendre qu’ils aimeraient bien une petite aventure… ”

Salwa, 42 ans, artiste se confie :

“ Pour être honnête, j’avais décidé de me marier pour tenter d’effacer de ma mémoire une liaison homosexuelle que j’avais vécue à l’âge de 23 ans avec une femme de 40 ans j’avais d’abord connu les caresses d’une femme à l’âge de 12 ans, dans un hammam. Cette femme était la gardienne de ce lieu. Cette liaison m’avait beaucoup troublée. Toujours est-il qu’aujourd’hui, j’ai décidé, une suite à une rupture conjugale, de vivre mon homosexualité sans mensonge envers les autres et moi-même. Il est évident qu’il n’est pas facile de révéler cette situation à son mari, à ses enfants et à sa famille. Mais c’était indispensable pour éviter les bévues, les lapsus révélateurs et surtout les ragots de certaines personnes bien intentionnées qui ne manqueraient pas de raconter que je vis en compagnie d’une femme. Tout finit par se savoir ! Dans ces conditions, les mauvaises langues auront le bec cloué. C’est mon mari qui a eu la primeur de l’information. Les mots avaient de la peine à sortir pour exprimer tous mes tourments et en même temps la délivrance de pouvoir dire mes préférences amoureuses. Je sentais bien mon mari attentif, tendu et ému à la fois d’entendre sa femme, après dix ans de vie commune, lui faire des déclarations aussi graves. Comme moi, il avait presque les larmes au yeux. Mais constatant ma sincérité et la confiance que je mettais en lui, le climat s’est peu à peu détendu et les confidences ont trouvé leur place au cours de ce dialogue que je n’oublierai jamais”.





Précisions autour de la polémique entourant la dépénalisation de l’homosexualité en Tunisie

13 02 2008

Il y a prés d’un an la polémique autour de l’approbation par l’aggrégateur de Tn-blog d’un blog gay tunisien dans la Tunisphére a permis de révéler au grand jour la profonde ignorance de certains de nos compatriotes vis-à-vis de nos revendications.

J’ai essayé d’éclaircir certains points mais j’aimerais ici prendre le temps d’étayer ma revendication et par extension, celle des homosexuels tunisiens.

L’article 230 du Code pénal de 1913 (largement modifié en 1964) prévoit jusqu’à 3 ans de prison pour sodomie entre adultes consentants.

Alors que la Tunisie vit sous un régime républicain qui garantit à ces concitoyens plusieurs libertés fondamentales tel que celle d’opinion ou de culte, il devrait en être de même pour nos choix sexuels. Nous sommes un pays arabo-musulman ; de fait mais il existe plusieurs pays musulmans qui ont dépénalisé l’homosexualité tel que la Jordanie, l’Irak ou la Turquie et qui prouvent que l’on peut être un pays arabe, musulman et intégrer les homosexuels arabes et musulman comme étant des citoyens à part entière.

La Tunisie est une république dont la religion d’état est l’islam certes mais dans la Tunisie moderne bâtie il ya plus de cinquante ans, les droits fondamentaux ont été non seulement reconnues mais instaurer et ce parfois en contradiction avec la Charia, la loi islamique.

Ainsi les Droits accordées aux femmes tunisiennes, l’avortement, la consommation de l’alcool entre autres sont totalement acceptés même si cela est totalement interdit par la Charia.
Il est de fait que l’approche de notre pays garantit la possibilité de pouvoir exercer ce droit : celui du libre-choix.

La religion est un choix personnel et ne devrait en aucun cas être imposé à quiconque .Il en va de même pour la dépénalisation de l’homosexualité, hors de toute polémique morale.
Nous sommes des citoyens comme tous les autres, nous ne revendiquons que le droit d’exister en tant que Citoyen de notre pays et non pas comme des criminels pervers sodomites.

L’hypocrisie entourant ce système mis en place depuis plus de cinquante démontre ses limites. Nous contribuons comme vous tous quotidiennement à la machine économique de notre pays, nous payons nos taxes comme tout le monde et c’est à date la seule reconnaissance citoyenne que nous méritons. Il est temps que cela change…





La mode contre le VIH

10 02 2008

Après Benetton dans les années 1990, H & M s’engage. La marque suédoise lance une grande campagne contre le sida, avec les associations Fashion Against AIDS et YouthAIDS. Dès ce mois-ci, une nouvelle collection aura pour but de développer la prise de conscience de la maladie auprès d’un public jeune. De nombreux artistes accompagnent l’opération : Rihanna, Chicks on Speed, Good Charlotte, Henrik Vibskov, Jade Jagger, Katharine Hamnett, My Chemical Romance, Rufus Wainwright, Scissor Sisters, The Cardigans, Tiga, Timbaland et Ziggy Marley. Un quart des bénéfices sera versé à des projets de prévention à travers le monde. Tee-shirts et sweat-shirts sont visibles sur le site de la marque : hm.com.


Site web