Homosexuels Tunisiens : Témoignages

15 02 2008
Slimane, 22 ans est, en revanche, bien dans sa peau. “ Je n’ai absolument aucun problème à vivre ma sexualité normalement en Tunisie et je n’ai jamais pensé à quitter le pays comme plusieurs autres”. Slimane partage sa vie avec un jeune homme habitant la même région que lui. Tant que son entourage n’est pas au courant, rien ne l’empêche de le faire, confie ce jeune garçon pour lequel “ il ne faut rien changer à la société tunisienne ”. A Hammamet, nous apprend-il, comme dans d’autres grandes villes, il y a des points de rencontre d’homosexuels, cafés, boites de nuits et hammams. Qu’une âme solitaire cherche de la compagnie, elle sait alors tout de suite où aller. Pourtant, dans la Capitale, tous avouent se sentir le plus à l’aise.

“ A Tunis, je peux draguer partout sans avoir peur d’être agressé ”, raconte ce jeune ; comme son ami, c’est à Tunis qu’il va pour respirer et fuir la surveillance des parents. Quand je suis dans ma ville, je fais tout pour m’habiller de manière à ne pas attirer l’attention. Dès que je suis à Tunis, mon look est différent et mes attitudes aussi. L’interdit, tous ont appris à jouer avec. L’entourage étant très rarement au courant, ils peuvent même inviter leur partenaire chez les parents sans que personne ne se doute de rien.

Un autre Slimane, 36 ans, s’en souvient : “ Mes parents ont connu tous mes partenaires. Bien sûr, ils ne se sont jamais douté de rien, pensant que j’invitais chez eux des collègues de bureau ”. Mieux encore, souligne Slimane, il est plus facile pour un couple homo que pour un couple hétéro de vivre pleinement sa sexualité puisque les hommes peuvent habiter ensemble, voyager ensemble, et même prendre la même chambre d’hôtel, la loi ne l’interdit pas. Alors qu’un couple hétéro non marié aura beaucoup plus de problème pour vivre son intimité. Dans la clandestinité, semble vouloir dire Slimane, tout est possible. “ Pour s’en sortir, il faut savoir se faire respecter. Ne pas provoquer. Quand je croise les jeunes du quartier en bande, j’entends des commentaires pas très fins sur moi. Je dis bonjour et je passe mon chemin en ayant l’air de n’avoir rien entendu. Ces mêmes jeunes, quand je les croise et qu’ils sont seuls, tout change, ils sont polis avec moi et très gentils. Certains me font même comprendre qu’ils aimeraient bien une petite aventure… ”

Salwa, 42 ans, artiste se confie :

“ Pour être honnête, j’avais décidé de me marier pour tenter d’effacer de ma mémoire une liaison homosexuelle que j’avais vécue à l’âge de 23 ans avec une femme de 40 ans j’avais d’abord connu les caresses d’une femme à l’âge de 12 ans, dans un hammam. Cette femme était la gardienne de ce lieu. Cette liaison m’avait beaucoup troublée. Toujours est-il qu’aujourd’hui, j’ai décidé, une suite à une rupture conjugale, de vivre mon homosexualité sans mensonge envers les autres et moi-même. Il est évident qu’il n’est pas facile de révéler cette situation à son mari, à ses enfants et à sa famille. Mais c’était indispensable pour éviter les bévues, les lapsus révélateurs et surtout les ragots de certaines personnes bien intentionnées qui ne manqueraient pas de raconter que je vis en compagnie d’une femme. Tout finit par se savoir ! Dans ces conditions, les mauvaises langues auront le bec cloué. C’est mon mari qui a eu la primeur de l’information. Les mots avaient de la peine à sortir pour exprimer tous mes tourments et en même temps la délivrance de pouvoir dire mes préférences amoureuses. Je sentais bien mon mari attentif, tendu et ému à la fois d’entendre sa femme, après dix ans de vie commune, lui faire des déclarations aussi graves. Comme moi, il avait presque les larmes au yeux. Mais constatant ma sincérité et la confiance que je mettais en lui, le climat s’est peu à peu détendu et les confidences ont trouvé leur place au cours de ce dialogue que je n’oublierai jamais”.





Précisions autour de la polémique entourant la dépénalisation de l’homosexualité en Tunisie

13 02 2008

Il y a prés d’un an la polémique autour de l’approbation par l’aggrégateur de Tn-blog d’un blog gay tunisien dans la Tunisphére a permis de révéler au grand jour la profonde ignorance de certains de nos compatriotes vis-à-vis de nos revendications.

J’ai essayé d’éclaircir certains points mais j’aimerais ici prendre le temps d’étayer ma revendication et par extension, celle des homosexuels tunisiens.

L’article 230 du Code pénal de 1913 (largement modifié en 1964) prévoit jusqu’à 3 ans de prison pour sodomie entre adultes consentants.

Alors que la Tunisie vit sous un régime républicain qui garantit à ces concitoyens plusieurs libertés fondamentales tel que celle d’opinion ou de culte, il devrait en être de même pour nos choix sexuels. Nous sommes un pays arabo-musulman ; de fait mais il existe plusieurs pays musulmans qui ont dépénalisé l’homosexualité tel que la Jordanie, l’Irak ou la Turquie et qui prouvent que l’on peut être un pays arabe, musulman et intégrer les homosexuels arabes et musulman comme étant des citoyens à part entière.

La Tunisie est une république dont la religion d’état est l’islam certes mais dans la Tunisie moderne bâtie il ya plus de cinquante ans, les droits fondamentaux ont été non seulement reconnues mais instaurer et ce parfois en contradiction avec la Charia, la loi islamique.

Ainsi les Droits accordées aux femmes tunisiennes, l’avortement, la consommation de l’alcool entre autres sont totalement acceptés même si cela est totalement interdit par la Charia.
Il est de fait que l’approche de notre pays garantit la possibilité de pouvoir exercer ce droit : celui du libre-choix.

La religion est un choix personnel et ne devrait en aucun cas être imposé à quiconque .Il en va de même pour la dépénalisation de l’homosexualité, hors de toute polémique morale.
Nous sommes des citoyens comme tous les autres, nous ne revendiquons que le droit d’exister en tant que Citoyen de notre pays et non pas comme des criminels pervers sodomites.

L’hypocrisie entourant ce système mis en place depuis plus de cinquante démontre ses limites. Nous contribuons comme vous tous quotidiennement à la machine économique de notre pays, nous payons nos taxes comme tout le monde et c’est à date la seule reconnaissance citoyenne que nous méritons. Il est temps que cela change…





ONe..

23 01 2008





Hommage

18 01 2008

Vous ne devinerez jamais qui se cache derriére cet étrange personnage …





Divers cité

14 11 2007

Lors de mon dernier séjour à Toronto chez un couple d’amis récemment installé dans la ville Reine, une pensée m’a frappé l’esprit.

Nous étions là, assis tous ensemble en train de savourer un diner. Nous sommes assez proches pourtant nous sommes si différents. Deux arabes, un canadien, un français et un vénézuélien. .Et cela s’appliquait aussi à mes autres amis et connaissances. Autour de moi, j’étais entouré d’ami(e)s provenant des quatre coins du monde.

Autour de notre table ou du salon , vietnamiens, Vénézuéliens, haïtiens, Africains, Guyanais, arabes , Français , canadiens, polonais, partageant une amitié rendue possible grâce a notre différence.

C’est cela qui nous lie, cette différence ce fardeau que nous avons tous porté et pour la plupart d’entre nous ce cadeau aussi. Parce que c’en est un aussi. Celui d’être ouvert sur le monde sans distinctions.

En vous promenant dans les villages à travers le monde vous vous rendez compte de cette diversité incroyable. Toutes les races, religions orientations sexuelles, dans un même quartier en harmonie…

C’est probablement les seuls lieux dans cette planète où l’Humanité est si bien représentée. Victimes de discriminations partout ailleurs, les gays ont crée ces lieux pour se retrouver tous ensemble sous une autre bannière : celle de la différence et de la diversité.





Du nouveau chez Kifi !!!

16 10 2007
La rédaction du blog aimerait vous informer qu’un nouvel espace de dialogue est né !

Le forum Kifi offre aux homosexuels tunisiens la possibilité de pouvoir débattre des sujets qui les touchent.

Il offre également la possibilité de s’informer sur les nouveautés, les suggestions de sorties, et des capsules de conseils santé

Le forum veut également fournir une vitrine plus juste de notre communauté en ayant toujours le même objectif : briser le tabou et de sensibiliser la société tunisienne .





Le bogosse de Prison Break est gay

28 08 2007


Hé oui, les tunisiens qui le vénèrent comme exemple de virilité doivent être déçus, surtout que certains en étaient tellement fiers qu’ils imitaient sa coupe de cheveux. Les filles aussi doivent avoir reçu un certain coup au coeur, mais voilà Wenthworth Miller est gay… Et il sort avec Luke MacFerlane… La preuve sans doute que les gays ne sont pas comme beaucoup l’imaginent, des sortes de folles, ou des filles ratées… Les gays sont avant tout des garçons, des vrais !

Source: Justjared