Le Pêcher fou III

28 11 2008

2930022000_ff22892655

J’avais dix sept ans et trois quart, lorsque je commençai à fumer en cachette. Je voulais secrètement ressembler à lui, au pêcheur fou. Au début, la cigarette me faisait toussé, et brûlait ma gorge, mais plus pour longtemps, car déterminé à ne pas souffrir je trouvais alors une astuce, ne pas aspirer la fumée, mais faire semblant. Amine, mon voisin qui m’apprenait comment faire, ne se doutait de rien. Il était fier de m’apprendre à fumer et à boire. Il disait que je devenais un homme finalement.

Je n’ai pas pu comprendre ce que Amine me disait. Devenir un homme, pour moi, était relié irréductiblement à une femme. L’équation était préétablie, il n’y avait rien à ajouter. En revanche, mes camarades de classe, eux, ils devenaient des hommes. Si, si, des hommes, des vrais. Ils parlaient du football et ils connaissaient les noms des joueurs par cœur. Ils draguaient les filles à la sortie du lycée, ils les embrassaient, se masturbaient sur les photos des magasines de mode, comparaient les seins de leurs copines, et il y avait même ceux qui avaient déjà fait l’amour.

Amine par exemple, il était connaisseur dans ce domaine, il me l’avait dit. Un soir, il amena avec lui des bières en cachette, achetées au noir. Nous les avions bus sur la plage. Et c’était là, qu’il me dit :

–        Je ne comprends pas pourquoi tu n’as pas de copine, Hakim. Je connais pas mal de filles qui ne désirent que ça, sortir avec toi. Même la conne de Lïela que j’ai niquée, elle me parle de toi.

–        Tu l’as vraiment faite ? demandai-je à Amine.

–        Oui,…non, enfin oui. Tu sais comment, dit-il confus.

–        Non.

–        Elle ne voulait me donner que ses fesses, tout comme les autres salopes avant elle. Mais je l’ai défoncée comme un fou.

Amine, parfois, lorsqu’il devenait ivre, il aimait me donner des tapes sur les fesses en me traitant de salope. Ma salope, il disait en riant. Je bandais. Je le provoquais pour qu’il me le dît encore et encore ; pour qu’il me prît dans ses bras, essoufflé, en me montrant qu’il est plus fort que moi. C’était notre jeu à nous, Amine et moi. Cela se passait uniquement dans l’intimité, jamais devant les autres.

Ce que j’éprouvais avec Amine était imprécis comme une sensation nouvelle sans adjectif et sans mot, une tentation chaleureuse qui venait du corps dans l’absence  de la raison, un désir sauvage d’être pris, caressé, embrassé, perdu dans son corps d’homme.

Ce que j’éprouvais avec Amine me confirmait la chose horrible, je ne serais jamais un homme, un vrai.

Ce que j’éprouvais avec Amine, me rapprochait un peu plus du pêcheur fou. De cette attirance évidente, brutale, et énigmatique. Elle dépassait la soif du corps, elle venait de l’intérieur, elle venait comme un appel mystérieux et pudique.

Maintenant et avec le recul, je peux dire que cette période était très importante puisque avec l’éveil  du plaisir en moi, la honte s’installa aussi. Il fallait faire face au moral, à la religion, à la société et à ma famille. Il fallait me mouvoir dans ce champ miné et en sortir intact, non abîmé. Je me souviens parfaitement. Et cependant je ne sus point que je lutais, que je fabriquais mon avenir, que je m’offrais un cadeau. Je ne sus point que je vivais. Que je jouais ma vie sur les planches du temps.

J’ai commencé par ma chambre. Je fis adieu à la salle d’attente, et je me disposais à devenir ce je suis devenu. Dans l’un des tiroirs de la cuisine, j’ai trouvé des clés que j’essayais une à une jusqu’à trouvé la bonne. La surprise fut grande et plutôt mal comprise par ma famille, puisque un beau jour le rythme fut changé. Ma chambre était fermée à clé et sur la porte une pancarte disait :

Défense d’entrée,

Courant à haute tension.

Samira après plusieurs tentatives fit de même, et sur sa pancarte rose, elle nota :

Chut,

La belle au bois dormant est là !

Ali, mentionna que c’était une violation de droit, et qu’il fallait demander l’avis de tout le monde, surtout le sien. Une remarque qui était non entendue par La Cour Suprême , qui trouvait que j’avais raison et que je devais me concentrer sur mes études, surtout que les examens du baccalauréat s’approchaient. Et ils avaient ajouté que mon acte était quant même démesuré.

Depuis cette histoire de ma chambre, Ali et moi, nous ne nous parlions que peu. Et lorsqu’il nous arrivait d’en avoir l’occasion, il me regardait d’une drôle de façon, toujours les yeux plissaient, toujours un léger sourire, comme s’il était au courant de mon secret ou qu’il doutait de quelque chose. Alors ma respiration se perturba, le sang me monta au visage, le cœur me battit à la tête, une sensation idiote s’installa dans mon ventre et je perdis mes mots. Je me disais qu’il savait, qu’il apercevait le pêcheur dans mes yeux, ou peut-être la barque ou encore la mer, l’eau salé de la mer. Et tandis que mes yeux se remplissaient d’eau, mon cerveau cherchait inlassablement un nouveau sujet de discussion, un sujet qui plongerait le regard de mon frère loin de moi, comme, comment avait-il perdu la cause de l’un de ses clients qui avait attaché son supérieur au radiateur.
Ali n’aimait pas perdre des causes, quoiqu’il en perdît souvent. Moi, je m’en foutais totalement. Et depuis que la porte de ma chambre lui était interdite, il ne me parlait plus de ces causes à la con, donc je m’en foutais encore plus.
Je m’enfermais à clé, avec quatre tasses de café. Voyez-vous, j’en manquais toujours. Il me fallait du café, du café pour les interminables séries d’exercices mathématiques, pour les nombres complexes, pour les équations différentielles, pour la trigonométrie qui me faisait chier. Du café pour l’énergie cinétique, pour la valeur d’une force qui m’échappait. Du café pour lui aussi, le pêcheur fou, pour avoir le courage de me glisser de la fenêtre, traverser secrètement le jardin, ne pas ouvrir la grande porte qui grinçait, sauter pardessus le mur et courir vers la plage à 1h du matin.

Cette fois là, sur la plage justement, il faisait froid et il ventait, on était début décembre. J’étais au même endroit, dans la barque incolore. J’ai eu envie de cette place là, chargée de lui, de sa présence absente, de mon désire fou pour cet homme. J’ai eu envie de me mentir, de faire semblant que je courais pour un rendez-vous, que moi aussi j’en ai des rendez-vous ! Mentir et croire à un bonheur inconnu, fragile et silencieux. Me mentir pour laisser mon cœur s’ouvrir comme un pétale de rose à l’approche de cet homme.
A défaut de ne pouvoir en parler à personne, je parlais à la barque. Je disais la honte qui m’habitait, je disais mon cerveau incapable de me donner une trêve, je disais les larmes aussi. Je disais le désir, la chaleur de mon corps en pensant à lui, le trouble de mes sentiments, la joie d’une possibilité et les barreaux de la société.
Puis, dans le silence agité de la plage, il surgit tout d’un coup de nulle part, et me fit sursauter. Il surgit comme une idée non attendue, comme l’apparition de l’ange Gabriel, comme une prière exaucée. Une barbe sauvage, des cheveux hirsutes, des yeux qui transperçaient la noirceur de la plage et une présence dominatrice. Effrayé par cette vision, et pris de panique je quittai la barque en courant. Je ne comprenais pas la cause de ma fuite. Je me disais que j’aurais du rester, m’excuser, parler avec lui. J’aurais du rester, mais j’ai couru en le laissant debout sur cette plage à me fixer de loin.

Ce n’est que plus tard, une fois dans ma chambre, que je constatai la disparition de mon portefeuille, et le plus troublant c’était que je savais où. Il était dans la barque du pêcheur fou, je l’avais enlevé de ma poche en cherchant une cigarette. Le mot imbécile me traversa l’esprit, mais je me dis que ce n’était pas le moment.

La tête entre les mains, Je me disais, il faut que je retourne, il faut que je retourne, il faut que je retourne. Je le disais plusieurs fois, mais je restais debout dans ma chambre sans bouger. En fait, ce n’était pas moi qui le disais, c’était une voix autre, une voix déterminée à y retourner, elle. Moi, je voyais des images, des scénarios imaginaires de ce qu’il pourrait se produire si je le retrouvais là-bas. Je l’ai vu même tenir ma main violemment, me serrer contre son corps viril et m’embrasser pour me punir, mais j’ai laissé à part ce scénario hors-de-propos, et le mot pervers traversa mon esprit.

Le cœur battant la chamade, je rebroussais chemin. Les quelques mètres devinrent interminables. J’avançais tout en mettant de l’ordre dans mes pensées. Je faisais le tri entre ce que je devais dire et pas dire, en espérant tout le long du chemin qu’il n’avait pas eu l’occasion de le voir et qu’il ne serait pas là-bas.
Seulement, une fois sur place, la barque n’était plus là, et les traces sur le sable jusqu’à la mer disaient l’histoire. Il était allé se perdre dans la méditerranée comme toujours. Oui, comme toujours, mais cette fois-là, il amena avec lui mon portefeuille.

L’avait-il vu ? Savait-il qui suis-je ? Se doutait-il de quelque chose ?

Mes questions restèrent sans réponses cette nuit-là, et mes yeux ne trouvèrent le sommeil qu’aux petites heures du matin…

Advertisements




Le Pêcheur Fou II

12 08 2008
 

 

Depuis je ne l’avais jamais croisé, je me contentais à le surveiller de loin et à noter sur un cahier ma folle attirance envers cet homme.

Ainsi, en entendant les pas de Ali dans le couloir ce soir-là, je me suis hâté à dissimuler mon cahier sous mon livre de philosophie, tout en ne pouvant pas arrêter le fil de mes pensées qui se dirigeait vers lui, le pêcheur fou.

– Alors Hakim, ça avance bien tes révisions ? me demanda Ali en ouvrant la porte de la chambre et en se jetant sur mon lit.

– Merveilleusement bien, répondis-je. D’ailleurs je suis en pleine réflexion sur l’attirance de l’homme envers l’énigmatique.

– Je vois que tu es encore perdu dans ta philosophie de fous. Il faudrait mieux que tu te penches sur tes cours de science. On ne passe pas son baccalauréat uniquement en révisant la philosophie.

– Oui, mais au moins elle m’ apprend l’utilité d’une porte, comme par exemple, toc, toc, je peux entrer ?

Ali ne répondit jamais à mes provocations. Il les trouvait hors contexte, ou comme il disait parfois, des allégations sans fondement, en étalant son jargon d’avocat, que toute la famille commençait à adopter. Ainsi Rime disait à ma mère qu’elle a besoin d’aide juridictionnelle, pour dire tout simplement qu’elle a besoin de l’aide de l’état, ma mère, pour acheter une nouvelle robe. Et bien sûr ma mère lui faisait comprendre qu’elle devait faire appel le mois prochain. Mon père, lui, il délivrait des assignations verbales à fin que nous comparaissions à l’audience annuelle qui avait pour but, nous annoncer la destination des vacances. C’était une famille de fous, je vous le dis !

Et ce que je ressentais pour le pêcheur fou, n’était rien d’autre qu’une folie. Je me disais constamment cela. Je me le répétais, lorsque j’allais l’épier au bord de la plage. Petit à petit, la barque et le pêcheur disparaissaient dans l’horizon, et en moi naquit un sentiment de vide, laissé par leur disparition. Je restais là. Les yeux amarraient sur le point de cette disparition, qui devenait l’ancrage d’une vive douleur. Rester là. Attendre. Ne pas savoir pourquoi. Ne pas vouloir le savoir. Surtout ne pas le vouloir. Attendre, et parfois étudier aussi en attendant. Lorsqu’il pleuvait, je me cachais sous les arbres, un parapluie noir à la main, le regard dans l’horizon qui ne se distinguait plus du ciel ni de la mer. Attendre et se cacher de temps en temps. Se cacher des regards des autres. Se cacher de ce que je ressentais comme une faute. C’était une faute que de rester là et d’attendre ce pêcheur. Ce pendant par-dessus tout je n’espérais ardemment que cela, le rencontrer. Je le sais aujourd’hui, j’avançais vers lui comme un assoiffé d’une délivrance. Comme un affamé de découverte, de plaisir, d’extase et de mort.

Voilà, ça commençait par cette attente incompréhensible. Par la peur qu’un jour il ne reviendrait pas de l’horizon. Qu’il n’aurait plus de pêcheur fou. Cet homme dont on racontait des histoires étranges sur son compte. Ils disaient, un jour il est revenu d’Italie complètement méconnaissable, les cheveux long, le regard grave et des mains qui tremblaient. Il y’en avait qui disaient, il s’est fait expulser pour une affaire de drogue et d’autres parlaient d’un meurtre et de plusieurs années en prison. Les plus raisonnables, soi-disant, racontaient une dispute qui a mal tournée.

Le fait est, il revint alcoolique et agressif. Un soir, il disputa sa femme, la frappa et mit ses enfants dehors. Plusieurs personnes essayèrent de le raisonner, il les menaça un couteau à la main, complètement nu.

La suite de cette histoire était complètement raisonnable selon ma mère. Elle disait que la famille de sa femme avait tous les droits de couper le contact avec lui; et bien sûr elle glissait, plusieurs fois, entre les mots : Que Dieu nous protège !

Mon père, il ne disait que cette phrase : Un homme pareil ne peut pas élever des enfants.

Ils disaient qu’il est devenu le pêcheur fou. Non, ils disaient qu’il est devenu fou avant d’être un pêcheur. Et que ça va de soi, la folie et la mer. La folie et la mer ça va de soi !





Précisions autour de la polémique entourant la dépénalisation de l’homosexualité en Tunisie

13 02 2008

Il y a prés d’un an la polémique autour de l’approbation par l’aggrégateur de Tn-blog d’un blog gay tunisien dans la Tunisphére a permis de révéler au grand jour la profonde ignorance de certains de nos compatriotes vis-à-vis de nos revendications.

J’ai essayé d’éclaircir certains points mais j’aimerais ici prendre le temps d’étayer ma revendication et par extension, celle des homosexuels tunisiens.

L’article 230 du Code pénal de 1913 (largement modifié en 1964) prévoit jusqu’à 3 ans de prison pour sodomie entre adultes consentants.

Alors que la Tunisie vit sous un régime républicain qui garantit à ces concitoyens plusieurs libertés fondamentales tel que celle d’opinion ou de culte, il devrait en être de même pour nos choix sexuels. Nous sommes un pays arabo-musulman ; de fait mais il existe plusieurs pays musulmans qui ont dépénalisé l’homosexualité tel que la Jordanie, l’Irak ou la Turquie et qui prouvent que l’on peut être un pays arabe, musulman et intégrer les homosexuels arabes et musulman comme étant des citoyens à part entière.

La Tunisie est une république dont la religion d’état est l’islam certes mais dans la Tunisie moderne bâtie il ya plus de cinquante ans, les droits fondamentaux ont été non seulement reconnues mais instaurer et ce parfois en contradiction avec la Charia, la loi islamique.

Ainsi les Droits accordées aux femmes tunisiennes, l’avortement, la consommation de l’alcool entre autres sont totalement acceptés même si cela est totalement interdit par la Charia.
Il est de fait que l’approche de notre pays garantit la possibilité de pouvoir exercer ce droit : celui du libre-choix.

La religion est un choix personnel et ne devrait en aucun cas être imposé à quiconque .Il en va de même pour la dépénalisation de l’homosexualité, hors de toute polémique morale.
Nous sommes des citoyens comme tous les autres, nous ne revendiquons que le droit d’exister en tant que Citoyen de notre pays et non pas comme des criminels pervers sodomites.

L’hypocrisie entourant ce système mis en place depuis plus de cinquante démontre ses limites. Nous contribuons comme vous tous quotidiennement à la machine économique de notre pays, nous payons nos taxes comme tout le monde et c’est à date la seule reconnaissance citoyenne que nous méritons. Il est temps que cela change…





Divers cité

14 11 2007

Lors de mon dernier séjour à Toronto chez un couple d’amis récemment installé dans la ville Reine, une pensée m’a frappé l’esprit.

Nous étions là, assis tous ensemble en train de savourer un diner. Nous sommes assez proches pourtant nous sommes si différents. Deux arabes, un canadien, un français et un vénézuélien. .Et cela s’appliquait aussi à mes autres amis et connaissances. Autour de moi, j’étais entouré d’ami(e)s provenant des quatre coins du monde.

Autour de notre table ou du salon , vietnamiens, Vénézuéliens, haïtiens, Africains, Guyanais, arabes , Français , canadiens, polonais, partageant une amitié rendue possible grâce a notre différence.

C’est cela qui nous lie, cette différence ce fardeau que nous avons tous porté et pour la plupart d’entre nous ce cadeau aussi. Parce que c’en est un aussi. Celui d’être ouvert sur le monde sans distinctions.

En vous promenant dans les villages à travers le monde vous vous rendez compte de cette diversité incroyable. Toutes les races, religions orientations sexuelles, dans un même quartier en harmonie…

C’est probablement les seuls lieux dans cette planète où l’Humanité est si bien représentée. Victimes de discriminations partout ailleurs, les gays ont crée ces lieux pour se retrouver tous ensemble sous une autre bannière : celle de la différence et de la diversité.





L’homosexualite et l’ Islam : reflexion

15 10 2007


D’abord, avant de parler d’homosexualité, il faut savoir que la vie d’un musulman, croyant et pratiquant, est régie par une minutieuse législation “la Chariâ”.

Ce sont des lois basées sur l’interprétation à la fois de la parole du Dieu, inscrite dans le Coran (livre sacré et divin des musulmans) et de la coutume de son Prophète Mohamed (la Sunna), dont la source principale est les “dits” (Hadith) du Prophète et ses gestes.
On distingue, toutefois, les “Sunnites” qui sont les partisans de la “Sunna” à l’opposé des “Chiites” qui vénèrent plutôt son gendre “Ali”. La question sexuelle n’échappe pas à l’interprétation par ces textes.

Pour aborder la position que prennent les législateurs islamiques
(Oulama= savants=théoligiciens de l’Islam)

En même temps cet acte est considéré comme un acte religieux, car dans l’islam l’accouplement ne vise pas seulement la procréation mais il manifeste aussi l’harmonie de l’ordre divin, dont la distinction entre masculin et le féminin et leur complémentarité constituent la base élémentaire.
“De toute chose on a fait un couple. Puissiez-vous vous en souvenir”
(Extrait du Coran, Sourat 51,Adh-Dhâriyât, verset 49)

Ces versets furent révélés au Prophète Mohamed par fragments séparés.
Le terme “Tajhaloun” signifie “ignorer” ce qui atténue, d’après certains auteurs, quelques part, “la flétrissure morale dont sont victimes les homosexuels” et laisse entr’apercevoir que le châtiment qui leur est infligé est dû principalement au fait qu’il ont démenti “un messager de Dieu”.

L’exemple” du peuple de Loth est mentionné àce titre dans plusieurs versets du Coran. Ainsi dans la Sourat(7) d’Al-Arâf (80-82) il figure entre les “exemples” du peuple du “Prophète Salah” et du peuple Madyan et leur “leur frère Chouayb”, deux peuples qui ont transgressé les recommandations de leurs Messagers.

Et Loût, quand il dit à son peuple:
« Vous livrez vous à cette turpitude que nul, parmi les mondes, n’ a commise avant vous? [80] Certes, vous assouvissez vos désirs charnels avec les hommes au lieu des femmes! Vous êtes bien un peuple outrancier. » [81]

Et pour toute réponse, son peuple ne fit que dire:

« Expulsez- les de votre cité. Ce sont des gens qui veulent se garder purs! » [82]
Musrif” en arabe signifie “impie et outrancier” alors que la règle en islam, en général, est la modération.

D’autre part, Le Coran promet aux croyants qu’au paradis ils seront servis par des éphèbes (se dit du très beau jeune homme, à l’origine l’adolescent grec qui faisait son service sportif et civil avant d’entrer dans l’âge adulte “éphébie”).

Les poètes et les sultans ne cessaient d’invoquer ces promesses pour justifier les relations illicites qu’ils entretenaient. Mais pour la plus part des “Oulamas” il n’y a pas à chercher une interprétation plus profonde que celle mentionnée :

« L’homosexualité est la turpitude des turpitudes »,

L’homosexualité représente 10% de la population mondiale pour ceux qui ne se cachent plus. Certaines coutumes ou religions ou même lois, dans certains pays dont le notre obligent au silence et au secret, mais ne le renions pas ils existent par la nature même si la ” normalité ” créée par l’Homme les rejette : s’ils sont là, c’est qu’Allah l’a permis. Et si Allah a permis qu’ils soient sur la terre auprès de nous tous, je ne pense pas que ce soit pour qu’on ait de la haine pour eux. Allah a voulu que les êtres soient différents, certainement pour nous apprendre à aimer plus que nous-mêmes.

L’homosexuel “Arabe” se trouve ainsi sans “racines” ni “espoirs”. Ces derniers temps cette communauté a commencé à s’organiser pour sortir au jour et revendiquer leurs droits à la reconnaissance. Mais si cet appel ne trouve pas d’échos chez les Maghrébins , ces homosexuels risquent de se claustrer dans un ghetto comme les autres communautés homosexuelles.

En conclusion, l’homosexualité a connu des périodes moins stressantes que de nos jours. Les sociétés arabo-musulmanes n’ont pas cessé d’accommoder l’application de la “Chariâ” à leur train de vie et leurs aspirations





Gris

5 07 2007

Il est né entre deux mondes, entre deux réalités. Celle de son cœur, de sa soif de vie et celle de sa conscience, austère et moralisante.Il a grandi dans un moule qu’il a toujours trouvé trop étroit pour lui.

Il s’est forgé un caractère à coup de fessées .Il a construit petit à petit une carapace pour le protéger de ce moule de plus en plus étroit.

Il rêve de belles choses vraies fraiches qui sentent le bonheur mais il se réveille avec le goût salé de ses larmes sur ses lèvres

Il comprend qu’il n’est pas dans le moule et que la vie ne lui fera pas de cadeau. Alors il renforce sa carapace, ferme son cœur à double tour et ferme ses yeux sur la beauté.

Il vit dans la grisaille, dans la froideur d’un monde sans goût sans appétit.Il apprend à vivre dans cette réalité noire d’une vie gâchée.

Il se réveille chaque matin, avec le goût salédes larmes, un sourire aux lèvres. Il ouvre les yeux, voit en gris, a froid et a mal dans ce moule qui l’étouffe.

Il se rendort avec cet espoir du rêve et des couleurs, Et il rêve chaque nuit d’une vie qui n’est pas juste rose mais d’une vie vraie où le bonheur est à portée de main.





Choquant ?

19 06 2007



L’amour serait-il choquant ?