Tetu : Les homos syriens sortent timidement de l’ombre

1 06 2009

À l’Onu, la Syrie est le porte-parole des pays homophobes. Mais dans les rues de Damas, les gays sont bien là et commencent à revendiquer le droit d’exister.

En Syrie, les homosexuels commencent à sortir de l’ombre avec l’appel, lancé sur Internet par une poignée d’entre eux, à la tolérance dans une société relativement conservatrice qui les considère comme des malades ou des pervers.

«Ils sont de plus en plus visibles dans certains points de rencontres à Damas», une rue commerciale d’un quartier chic, un jardin public près d’un grand hôtel, des pubs dans le centre historique où ils se rencontrent une fois par semaine, affirme à l’AFP un journaliste syrien. Ils sont issus de la petite bourgeoisie urbaine qui «constitue le moteur de l’émancipation des homos», affirme-t-il. Et c’est sur Internet qu’ils «se dévoilent le plus sincèrement», estime ce jeune journaliste qui veut garder l’anonymat.

«Je suis ton semblable»
L’Internet est un moyen de «contourner toutes les restrictions sociales», qui permet de se défouler dans l’anonymat ou de former son propre réseau de connaissances, explique-t-il.

Sur le web, quelque 200 homosexuels syriens ont constitué un groupe «Je suis ton semblable» et ont publié un manifeste à la tolérance . «Je suis homosexuel, j’ai le droit d’exprimer mon opinion. Je fais partie de cette société qui me doit son respect. Je suis homosexuel, mais je ne viens pas d’une autre planète», affirme cet appel sans précédent. Le texte appelle à l’abrogation d’une clause du code pénal qui «sanctionne les individus pour leurs orientations sexuelles qu’ils n’ont pas choisies».

«Relations outrageantes»
En Syrie, comme dans la plupart des pays arabes, l’homosexualité est considérée comme «un délit». Celle-ci n’est pas explicitement mentionnée par la loi qui prévoit une peine allant de six mois à un an de prison pour des «relations outrageantes», explique Ammar Qorabi, président d’une organisation des droits de l’Homme.

L’écrivain Nabil Fayyad, qui se présente comme un défenseur des droits des minorités, dénonce lui «l’amalgame» entre homosexualité et prostitution. Selon lui, «il y a plus d’homosexuels et de lesbiennes que l’on ne croit. 20% sont des homos ou des bisexuels», mais la majorité des Syriens refusent de le reconnaître. Il évoque des jardins publics et des restaurants à Damas. Des hammams, où les gens venaient jadis pour discuter, «sont devenus un traditionnel lieu de rencontre» pour les gays, assure-t-il. Il se rappelle d’un Américain, Edward G., originaire de San José (Californie, ouest) qui se rendait régulièrement en Syrie pour du «tourisme sexuel». Il était muni d’un guide gay et se disait «étonné par l’extension de ce phénomène».

«Sauver les apparences»
Souheil, la trentaine, ne donne pas son véritable prénom. Il dit mener une double vie pour «sauver les apparences». Il «souhaite que les mentalités changent» et que les droits de tous soient «respectés indépendamment de leur identité sexuelle». Bassam, chauffeur, affirme au contraire «être dégoûté». Il voit dans l’homosexualité «une maladie». «Les homosexuels doivent se faire soigner», ajoute-t-il.

En décembre 2008, un appel à la dépénalisation de l’homosexualité déposé à l’Assemblée générale de l’ONU, a été signé par 66 pays. Soixante autres pays ont signé une déclaration opposée, et soutenue par les pays arabes.

Advertisements

Actions

Information

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s




%d bloggers like this: