Tunisien & Gay: Le double visage

3 05 2007

La Tunisie a toujours été tolérante. De par son histoire et de par sa position géographique .Mais bien-sûr en tant que peuple méditéranéen et arabo-musulman le sujet de l’homosexualité reste toujours tabou…

Signe de faiblesse ultime pour certains, vices qui nous donne un accés VIP à l’enfer pour d’autres.Évidement l’homosexualité dans un pays arabo-musulman est un acte criminel.Par contre la législation est trés vague là-dessus vu que pêle-méle on criminalise le viol, la fornication la sodomie et de par ce fait l’homosexualité….
La Société tunisienne du moins sa jeunesse fait preuve d’une tolérance assez notable face à ce phénoméne et à cette communauté de plus en plus visible en Tunisie …qui n’a pas vu des gays en plein centre-ville de la capitale ou dans les boîtes??? Les soirées Drag-Queen et les soireés Rainbow de Kikoloco ont prouvé que être homosexuel est toléré .
Du moins en facade parce vivre son homosexualité au quotidien ça c’est une autre paire de manche… le regard des gens les préjugés les obstacles et la frustration sont le lot quotidien de la plupart des gays. En effet deux hommes habitant sous le même toit en tant que couple sont passibles de 3 ans de prison… L’affaire du touriste français et de son amant tunisien est le dernier épisode d’une série de coup de bâton orchestré pour disons remettre les choses à leur place ….

D’un point de vue social l’acte homosexuel est répandu voir même normal… Tout les gays vous diront que la majorité des hommes sont bisexuel sce qui est dans un sens une demi-vérité…Effectivement l’acte en tant que tel est extrêmemnt codifié…

L’actif ( sous-entendu dans la conscience collective l’homme) est dans le lit inactif!!!! Les parties du corps qui sont disponibles se délimitées par le nombril et les cuisses le reste du corps et intouchable…Ne parlons pas des fesses qui reste la partie du décor totalement défendue…
Cette pratique homosexuelle n’est ne fait pas considérer comme étant une pratique homsexuelle mais plutôt comme une pratique sexuelle comme l’est par exemple la masturbation…..Il est donc évident que l’Homosexualité a gardé totalement sa définition de Antiquite avec une nette différenciation entre l’éphébe ( passif) et l’homme ( actif)….

Alors dans ce paradoxe comment peut-on bien vivre son homosexualité ??? Eh bien il y n’y en a pas comme il n’est pas possible d’être un Juif sous les Nazis ou une femme en mini-jupe à Kaboul sous les Talibans. On vis dans la cachette dans le mensonge . On vit la culpabilté de n’être pas dans la “ norme” de ne pas être le futur marié le futur pére d’une famille qui fera la joie et la fierté de ses parents..

Même à 9000 Km de Tunis je vis toujours par rapport à mon pére surtout dans le mensonge..Quand est-ce que j’aurais le “courage” diriez-vous de l’avouer??? Dans notre culture on ne peut pas encore avouer à son pére ce genre de chose sans parce que mon pére va souffir le martyr.

Alors oui je suis Tunisien issus d’une famille tolérante mais qui a grandis dans un société qui a du mal à accepter la réalité .La réalité d’une Tunisie qui change d’une jeunesse tiraillée entre Occident et Orient entre Liberté et Réserve entre libre-pensée et soumission.

Advertisements




L’Homoparenté : un lourd fardeau à porter ?

3 05 2007
C’est un sujet qui me touche personnellement et qui après des heures et des heures de réflexion et même de débats entre ais reste un sujet des plus épineux. Je suis de la veille école je dirais même cela peut vous sembler paradoxal. Pour moi la paternité est primordialement biologique .
Elle est relié aux gènes et donc à la procréation ou plutôt à la reproduction. Je ne pourrais me sentir père qui si mon enfant est le résultat de ce lien magique qu’est la chaîne de vie. Elle doit être ma descendance, de ma chair, En tunisien nous avons une expression qui illustre ce sentiment : Kebdti. Mon foie, par extension une partie de moi. C’est un lien viscéral.
Alors quand on accepte de vivre et d’assumer pleinement son homosexualité non pas comme une sexualité mais comme un mode de vie et de vivre et d’aimer une personne du même sexe tout en bâtissant une vie de couple normal, il arrive nécessairement un moment dans notre vie de coule où l’on se questionne sur le plus bel acte d’amour que l’on puisse avoir en commun : Un enfant.
Des questions éthiques me traversent l’esprit : Est-ce que je serais prêt un jour à être père ? Ais-je le droit de faire subir à mon enfant les conséquences des choix que j’ai pris ? Quel modèle de père est-ce que je serais pur cet enfant? Est que mon mode aura une influence sur celle de mon enfant? Et surtout est-ce que ce n’est pas de l’égoïsme pur que d’avoir un enfant quand physiquement je ne peux pas en avoir un avec mon partenaire?
Et puis les questions d’ordre pratique surgissent : Qui sera le père ? Est-ce que je vais devoir me contenter d’adopter ou devrais je faire appel à la fécondation in-vitro? Qui sera la mère quelle sera sa place et que devrais-je dire mon enfant ?




Polémique autour de Gay-Tunisia: briser le tabou et les stéréotypes.

3 05 2007

Le tsunami de commentaires haineux provoqué par la création du blog GayTunisia sur la blogosphère tunisienne a été une surprise pour plusieurs d’entre nous.

J’ai pris le temps de réfléchir à la façon à laquelle je pourrais répondre d’une façon approprie à tout cela. Je ne cherche pas la confrontation ni tomber dans le débats habituels. Pour commencer j’aimerais juste remercier les bloggeurs pour vos encouragements et votre soutien. Vous ne pouvez pas imaginer la joie et le réconfort apres la lecture de certains de vos commentaires.

Deuxièmement à tous ceux qui ne le savent pas encore ou qui ne l’ont pas encore compris. Je m’appelle Aziz je suis Tunisien j’ai 26 ans originaire de La Marsa, cheveux noirs yeux bruns et entre autres caractéristiques je suis homosexuel. Je vis avec mon partenaire depuis presque deux ans à Montréal.

J’ai également décidé de rejoindre l’équipe de rédaction du blog gay-Tunisie parce que le projet final me tient à cœur. Je ne peux pas vous donner plus de détails pour l’instant.
Depuis que j’assume ce qui me différencie de 90 % des autres Tunisiens j’ai évidemment du confronter les opinions défavorables de la plupart de mes concitoyens. Les commentaires de certains de mes concitoyens sur le blog gay-Tunisie reflètent ces mêmes arguments qui se basent sur des stéréotypes et des contres –vérités.

Je vais m’efforcer de donner mon point de vue sur chaque argument qui reviennent sans cesse .Ceci n’est pas un débat mais un éclaircissement. Et Jai décidé de le proposer en forme d’interview.

– Question 1 : L’homosexualité n’est pas naturelle. Dieu a crée deux genre : l’homme et la femme. Pourquoi devrais-t-on accepter un acte qui n’est pas naturel?

Très bonne question. Ce qu’il faut se rappeler c’est que la sexualité est acte qui a pour but ultime de procurer du plaisir aux deux partenaires si possible. Or le plaisir est une notion qui n’est pas naturelle. Je m’explique, la sexualité dans le règne animal est un acte qui se limite à la procréation .Il en est de même pour l’Homme. Seuls les Humains ainsi qu’une sous-espèce de chimpanzés les Bonobos pratiquent une sexualité active.
Ainsi la finalité de la sexualité du plaisir et donc peut varier d’un individu a l’autre. Il n’y pas de pratique standard pour chaque individu sur Terre. Ainsi certaines pratiques peuvent vous exciter plus que d’autres. C’est la même logique pour la sexualité entre deux personnes de même sexe.

– Question 2 :L ’homosexualité est une maladie qu’il faut soigner et c’est une déviance sexuelle et les homosexuels ne sont que des pervers sexuels. Qu’en pensez-vous ?

L’homosexualité a été retirée du manuel diagnostique et statistique des maladies mentales, en 1985 et a été déclassifiée lors du congrès de 1992, pour tous les états signataires de la Charte de l’OMS. L’homosexualité n’est donc plus considérée comme une maladie. Il n’ya donc aucune raison de croire que les homosexuels sont atteints dune maladie curable. Ce n’est pas une maladie mais simplement un aspect de notre sexualité en tant qu’humain.Malheureusement à travers le monde la persécution envers les gays est loin d’avoir été endiguée.

-Question 3 :Si on accepte l’homosexualité, il faudrait accepter les pédophiles ?

La pédophilie et l’homosexualité sont deux choses totalement différentes et il faut comprendre un élément de base. L’homosexualité est un acte d’amour entre deux individus d’âges adultes et consentants. Mais cela ne se limite pas à l’acte sexuel. C’est un mode de vieet une communauté à part entiére .La pédophilie est une agression sexuelle contre des enfants qui ne sont pas consentants et ne sont pas encore sexués .C’est donc un crime qui doit être dénoncé et puni parce que il y a abus et aggressions.

-Question 4 :Nous sommes dans un pays arabo-musulman ce n’est pas dans notre culture ou dans nos mœurs. C’est une importation occidentale.

En fait, il faudrait rappeler que selon une étude extrêmement détaillée sur les pratiques sexuelles des hommes tunisiens, plus de 35 % d’entre eux affirment avoir déjà eu une relation homosexuelle…Donc l’homosexualité en Tunisie et dans le monde arabe et ce, à travers les âges est une pratique courante.. Le renier par simple chauvisnisme ou pour gonfler son ego en refusant catégoriquement de confronter la réalité ne ménera nulle part . Entre-temps de jeunes adolescents Tunisiens continuent à souffrir d’isolement et parfois commettent l’irréparrable .En que Société , il appartient à chacun d’entre nous de se poser des questions face à ce phénoméne . L’homosexualité a toujours existé et elle existera toujours.

J’aimerais aussi vous rappeler que la Tunisie est une république dont le 1 er article est le suivant: “La Tunisie est un État libre, indépendant et souverain ; sa religion est l’Islam, sa langue l’arabe et son régime la république”
De plus l’article 5 stipule que “L’État et la société œuvrent à ancrer les valeurs de solidarité, d’entraide et de tolérance entre les individus, les groupes et les générations ” Donc la Tunisie est un État dont la religion est l’Islam qui vit sous une République qui garantit les droits de tous les citoyens y compris homosexuels.

Le sujet est sensible mais il est important de garder un aspect en mémoire. Ce que deux individus font dans leur intimité est de l’ordre du privé. La constitution garantit la liberté de culte. Nous avons accepté que d’autres communautés telles que les communautés juives, catholiques ou évangélistes puissent pratiquées librement leur culte. On ne peut donc pas forcer des individus à suivre un modèle qui n’est pas nécessairement le leur .Le mot clé dans tout cela : tolérance.

Chacun a le droit de vivre sa vie comme il l’entend tant que cela ne nuise pas à l’ordre public ou aux autres citoyens. Aucun individu sur cette terre ne peut juger son prochain. Il n’y a que Dieu qui peut juger de nos actes. C’est de la prétention pure que de vouloir imposer sa juridiction ou ses interdits à son prochain.
La Tunisie a décidé de s’ancrer dans la modernité tout en préservant son identité arabo-musulmane. Le Code du Statut Personnel et l’avènement de la République ont essayé de concilier modernité et religion. Ainsi la polygamie a été abolie. L ’adoption par un parent musulman , le Droit de divorce accordée à la femme, les intérêts bancaires, la vente libre de l’alcool dans les établissements, la contraception, l’interdiction du port du voile dans les endroits publics sont des acquis acceptés par la majorité de mes concitoyens parce que nous croyons en un Islam moderne qui n’est pas une contrainte . Il ya d’autres défis et de nouveaux débats qui surgissent tel que celui de l’héritage de la femme par exemple. Et nous avons des réussites comme par exemple la loi qui pénalise l’harcélement sexuel promulgué en 1992 et qui n’a aucun équivalent dans le monde arabe !
-Question 5 :Quelles sont vos revendications ?

Très simple, la dépénalisation de l’homosexualité .La Tunisie, située à mi-chemin entre application libérale et répressive des dispositions légales à l’égard des homosexuels, tolère plus ou moins l’acte homosexuel pour autant qu’il demeure secret. Dans les milieux ruraux, la révélation d’un tel comportement peut toutefois conduire à la honte, au rejet, voire à des drames humains lorsque la famille se sent déshonorée
Légalement la loi tunisienne est claire. L’article 230 du Code pénal précise que l’homosexualité masculine et féminine est punissable de trois ans de prison. Pire, l’article 230 se situe sous une rubrique qui parle de toute forme de viol et de sodomie . Dans la Loi tunisienne , l’homosexualité est confondue avec la sodomie et le viol (outrage à la pudeur) ce qui est un non-sens!

-Question 6 : Vous êtes de plus en plus nombreux pourquoi ?

Le nombre d’homosexuels ( incluant les bi-sexuels et les trans-sexuels) à travers les âges est, selon une norme mondiale, de l’ordre de 10 % d’une population donnée.La Tunisie suit un cheminement logique de développement. Dans l’Histoire de chaque pays émergent ou riches, l’augmentation du niveau de vie de la population a donné naissance à d’autres revendications dont celle de la communauté gaie de ces populations.

Cette même étude de Pr. Fakhreddine Haffani démontre le poids des tabous dans une société qui vit un changement radical de la place de l’individu face à la société. On remarque surtout cette nouvelle tendance dans la tranche 18-25 ans qui aspire à plus de liberté sexuelle.
Il va de même avec le monde arabe. Ainsi le mouvement homosexuel libanais Helem basé à Beyrouth vient de lancer son premier magazine distribué au Liban : Barra . En 2005 se tenait la premiére Gay Pride dans une métropole arabe ! L’ouverture d’esprit des libanais est une caractéristique de ce peuple multi-confessionnel . . Avec la libéralisation des mœurs de plus en plus de jeunes assument leur homosexualité. Nous représentons donc selon ce chiffre 1 millions de citoyens sous la bannière gaie lesbienne trans et bi-sexuelle. Selon la logique légale actuelle il faudrait théoriquement emprisonner 10.00 % de tunisiens !


-Question 7 : êtes -vous confiants?

Le Tunisien est réputé pour sa modération et nous pouvons déjà nous compter chanceux de ne pas connaitre le sort de nos frères Iraniens ou Égyptiens. Mais le chemin est encore long. Encore de nos jours la violence verbale et même physique qui se traduit par une aggression sexuelle, signe d’un refoulement évident est inacceptable. La Tunisie change et la mentalité aussi.Mais je vous dirais que ce cela va bien plus loin que la simple dépénalisation de l’homosexualité. C’est un choc entre deux visions de la Tunisie. Entre deux modes de vie qu’il est extrêment difficile de concilier . Un débat sur la place de la religion dans notre espace public est nécessaire surtout aprés les tragiques événements de Décembre 2006 .Dans un monde où la violence le rejet de la différence , la haine sont de mise, j’ai foi en l’amour absolu entre deux personnes du même sexe comme une diversité et non pas un fléau.





Aimer en se protégeant

2 05 2007

Une video assez amusante d’une campagne de publicité menée par l’ONG AIDS pour sensibiliser les gays aux risques des rapports non protégés.

NB: Cette video peut choquer certaines personnes